Le mildiou sur les concombres… y a-t-il des solutions non traditionnelles ?

Agrotica > Phytopathologie  > Le mildiou sur les concombres… y a-t-il des solutions non traditionnelles ?

Le mildiou sur les concombres… y a-t-il des solutions non traditionnelles ?

La culture des concombres dans les serres est considérée comme un type important d’agriculture sur la côte méditerranéenne car elle se distingue des autres techniques de culture par une productivité agricole élevée et une récolte précoce. En outre, elle fournit un bon profit aux agriculteurs dans un court laps de temps. Les concombres sont des types de cultures qui sont sujettes aux maladies fongiques, en particulier le mildiou des cucurbitacées qui est considéré comme la maladie la plus dangereuse qui affecte cette récolte et cause des pertes majeures qui peuvent conduire au flétrissement des semis et la perte de tous les produits.

La maladie fongique est appelée Pseudoperonospora cubensis, qui est un champignon oomycète parasite connu par la spécialisation de l’hôte. Il vit dans une large plage de températures allant de 10 à 30 degrés, préfère le temps froid (15-23 degrés) et l’humidité élevée, et trouve le temps chaud comme inhospitalier.

Les symptômes commencent à apparaître sur les feuilles inférieures sous la forme de lésions jaunes angulaires (non circulaires) entre les nervures de la surface supérieure de la feuille, contrebalancées par une croissance douce et veloutée de gris sur la surface inférieure. En outre, l’infection entraîne une croissance médiocre, nanisme des plantes, pourrissement des nœuds, et conduit à un stade ultérieur, au flétrissement de toutes les feuilles et à la mort des plantes.

La résistance traditionnelle à la maladie dépend d’une série de traitements agricoles qui réduisent les conditions favorisées par la maladie, comme la ventilation, la régulation de l’irrigation (irrigation le matin), la réduction de l’humidité du sol et de l’air, taille des plantes pour réduire la prolifération, l’élagage des parties infectées, Et enfin la pulvérisation de fongicides spécialisés tels que Infinito ou Rival Duo.

Mais existe-t-il de nouvelles façons de lutter contre la maladie ?

Oui, nous pouvons utiliser des variétés qui sont plus résistantes à la maladie, En outre, il a été prouvé qu’il y a beaucoup de variétés qui sont considérées comme plus fortes face à la maladie, et ces dernières ont montrées moins de symptômes d’infection ou d’absence de ces derniers par rapport aux variétés normales, lorsqu’elles sont cultivées dans les mêmes conditions et en utilisant les mêmes traitements agricoles.

 

 

 

Le plus important parmi ces variétés est la variété JULIA F1, produite par la société internationale Apollo, qui se caractérise par une tolérance élevée à la maladie jusqu’à la fin de la saison, lorsque des procédures normales sont appliquées pour traiter la maladie. Cette variété est moins affectée par les résultats négatifs de la maladie, en plus de sa tolérance au mildiou. La variété Julia est caractérisée par d’autres facteurs importants : elle s’épanouit dans les semis de printemps et d’automne, et est porteuse abondante (3-4 fruits sur le nœud). Les fruits sont homogènes et sombres ayant un éclat et un attrait distinctif sur le marché. Leur longueur est d’environ 18 cm avec une largeur de 3 cm. La résistance de la variété aux maladies promeut la continuité de la croissance et des nœuds, et entraîne une productivité élevée et un meilleur rendement. L’utilisation des techniques de récolte des variétés tolérantes aux maladies se traduit par une utilisation moindre des pesticides, pour obtenir un produit sain sans effets résiduels et en plus grandes quantités, ce qui réduit certainement les coûts de production et améliore la rentabilité de l’agriculteur.

Ing. Nour El Haydariye

Maryse Bou Zeid

mbouzeid@debbaneagri.com

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet