Deltaméthrine : impact sur la santé du bétail et la sécurité alimentaire

Agrotica > Connaissance des Produits  > Deltaméthrine : impact sur la santé du bétail et la sécurité alimentaire

Deltaméthrine : impact sur la santé du bétail et la sécurité alimentaire

Le secteur animal comprend un segment spécifique de l’industrie agricole comprenant l’élevage, l’élevage et la gestion du bétail. Ce secteur comprend divers animaux tels que les bovins, les ovins, les caprins appelés ruminants et la volaille. L’objectif principal de ce secteur est la production de viande, de graisse animale et de produits laitiers. Les substances utilisées pour tuer les insectes sont appelées insecticides. Les insecticides ont un large spectre d’applications dans les domaines médical, agricole et industriel. Certains insecticides peuvent altérer considérablement les composants de l’écosystème et sont toxiques pour les animaux ainsi que pour les humains. Certains insecticides se concentrent à mesure qu’ils se propagent dans la chaîne alimentaire. Moins de 0,1 % des pesticides appliqués pour lutter contre les ravageurs atteignent leurs ravageurs cibles. Ainsi, plus de 99,9 % des pesticides utilisés se retrouvent dans l’environnement où ils nuisent à la santé publique et au biote bénéfique, et contaminent le sol, l’eau et l’atmosphère de l’écosystème. David Pimentel Journal of Agricultural and Environmental Ethics », cela signifie que les fourrages qui sont généralement utilisés dans l’alimentation des animaux sont fortement contaminés par des pesticides et affectent donc la santé animale. Dans cet article, nous discuterons du mode d’action de la deltaméthrine, de ses utilisations dans les fourrages et de la façon dont elle affecte la santé des vaches.

Début 2019, le Liban a connu une grave crise économique où les produits, notamment d’origine animale, ont fortement augmenté et l’inflation des taux de lires a augmenté. Passage à l’explosion du 4 août au port où il a perdu tous les fourrages stockés utilisés pour les animaux et en outre tous les produits utilisés dans la préparation des aliments. Selon la base de données COMTRADE des Nations Unies sur le commerce international, les importations totales du Liban liées au secteur animal sont égales à 870 530 000 millions de dollars, ce qui comprend les animaux vivants, les produits laitiers, les graisses animales, le poisson, la viande et les préparations de fruits de mer, etc. Cependant, les exportations totales sont égales à 50 858 674$ M.

Selon le LARI (Institut Libanais de Recherche Agricole), plus de vingt-sept maladies qui touchent les ruminants, les volailles, les chevaux et les animaux de compagnie sont diagnostiquées au Laboratoire, grâce à des outils sérologiques et moléculaires. Les recherches portent sur les pathogènes et les maladies d’intérêt pour la santé animale et/ou la santé publique (zoonose). Elles concernent aussi bien les maladies à transmission directe (grippe aviaire, Brucella, rage….) que les maladies à transmission vectorielle (Flavivirus, fièvre catarrhale).

De plus, la FAO soutient le ministère de l’Agriculture pour faire face à la dermatose nodulaire. Le Liban est confronté à une menace pour le bétail connue sous le nom de maladie de la peau nodulaire (LSD) en raison d’épidémies en Syrie voisine. De telles épidémies de maladies infectieuses peuvent avoir de graves conséquences économiques pour les éleveurs. Le LSD est transmis par vecteur et est principalement contrôlé par la vaccination. Dans le passé, le Liban a réussi à gérer la maladie en utilisant un vaccin hétérologue contre le LSD. Cependant, ces derniers temps, le pays n’a pas été en mesure de fournir le vaccin aux producteurs locaux en raison de contraintes financières. L’absence de vaccination pourrait entraîner des pertes économiques substantielles et avoir un impact négatif sur les moyens de subsistance des petits producteurs laitiers.

En fait, la deltaméthrine est un insecticide de la classe chimique des pyréthrinoïdes. Les pyréthrinoïdes sont des produits chimiques synthétiques inspirés des composants pyréthrine du pyrèthre. Contrairement aux autres pyréthrinoïdes, la deltaméthrine est constituée d’un seul composé pur. La deltaméthrine est efficace contre les insectes par ingestion et contact direct. Les pyréthrinoïdes, en général, interfèrent avec la production et la conduction normales des signaux nerveux dans le système nerveux. Les pyréthrinoïdes agissent sur les membranes nerveuses en retardant la fermeture de la porte d’activation du canal ionique sodium. La deltaméthrine est homologuée pour une utilisation sur diverses cultures, notamment le coton, le maïs, les céréales, la luzerne, le soja et les légumes, contre des ravageurs tels que les acariens, les fourmis, les charançons et les coléoptères. En y réfléchissant bien, la deltaméthrine est également utilisée pour contrôler les tiques (Acari : Ixodidae) qui sont des ectoparasites infestant le bétail dans toutes les zones géographiques du monde et qui sont des vecteurs de plusieurs agents pathogènes viraux, bactériens et protozoaires pour les animaux et les humains du monde entier.

En 2011, une étude a été menée par Melhorn (Elias 2013) et d’autres visant à étudier l’efficacité de la Deltaméthrine (Butox® 7.5 pour on) contre deux espèces de tiques – Ixodes ricinus et Rhipicephalus sanguineus – qui sont d’importants vecteurs de maladies chez les bovins et mouton. Les chercheurs ont traité quatre moutons et quatre jeunes bovins le long de la colonne vertébrale avec 10 ml (environ 0,34 oz) de Butox® (deltaméthrine) par mouton ou 30 ml (environ 1,01 oz) de Butox® par bovin.

L’équipe de recherche a collecté des poils sur diverses parties du corps des animaux (tête, oreilles, dos, ventre et pieds) aux jours 7, 14, 21 et 28 après le traitement. Ces échantillons de cheveux ont ensuite été mis en contact étroit avec des stades adultes et/ou nymphes de tiques I. ricinus et R. sanguineus pour évaluer les effets acaricides (tueurs de tiques) et répulsifs de la deltaméthrine. Les résultats ont montré que la deltaméthrine avait de forts effets acaricides, mais l’efficacité variait en fonction de l’espèce de tique, de l’origine des poils (de quelle partie du corps les poils ont été collectés) et du temps écoulé après le traitement.

Chez le mouton, l’effet acaricide a duré pendant toute la période de 28 jours sur tout le corps contre les adultes et les nymphes d’I. ricinus, tandis que les effets acaricides contre les stades de R. sanguineus ont commencé à diminuer au jour 21 après le traitement.

Chez les bovins, le plein effet acaricide a été observé pendant 21 jours (environ 3 semaines) contre les stades I. ricinus et pendant 14 jours (environ 2 semaines) contre R. sanguineus. Après ces périodes de pleine action, l’efficacité acaricide diminue, notamment lors de l’épilation des jambes. Il convient de noter que les adultes de R. sanguineus n’ont montré aucune réaction 28 jours après le traitement.

Au total, 272 tiques dures adultes ont été collectées de manière aléatoire sur des ruminants domestiques (bovins, ovins et caprins) situés dans 37 fermes libanaises, réparties dans 30 villages.

Une autre étude a été menée en 2018 (Halla E. Bahgy,vetworld.2018.606-611) qui visait à évaluer les niveaux de résidus de deltaméthrine dans l’environnement des vaches et des chèvres après son application. Elle s’est concentrée sur l’identification des sources de contamination par la deltaméthrine, en particulier dans les aliments pour animaux et l’eau, qui pourraient conduire à une exposition au pesticide. De plus, les chercheurs ont mené des expériences pour réduire les concentrations de deltaméthrine dans le lait, garantissant ainsi la sécurité des produits laitiers destinés à la consommation. Dans le cadre de l’étude, un total de 80 échantillons d’eau et d’aliments (40 de chaque) et 120 échantillons de lait (80 lait de vache et 40 lait de chèvre) ont été collectés. Des échantillons de lait ont été prélevés directement du pis, ainsi que de la nourriture et de l’eau avant l’application de deltaméthrine, et à différents moments après l’application (1er, 2e, 3e, 7e, 15e, 21e et 35e jours).

Les résultats ont montré que des résidus de deltaméthrine ont été détectés dans l’eau et les aliments à différents niveaux au cours des 3 premiers jours suivant son application. Dans tous les échantillons de lait de vache et de chèvre, des résidus de deltaméthrine ont été trouvés au 35ème jour, les niveaux les plus élevés étant observés le 2ème jour après l’application, suivis des 7ème et 15ème jours. Ces niveaux dépassaient les limites maximales autorisées pour les niveaux de résidus.

Une autre étude (M. Humayoun Akhtar, novembre 2008) a consisté à nourrir des vaches laitières en lactation avec de la deltaméthrine à différentes doses (2 ou 10 mg (environ le poids d’un grain de sel de table)/kg d’aliment) pendant 28 jours consécutifs. Les chercheurs ont ensuite mesuré les niveaux de résidus de deltaméthrine dans le lait et divers tissus des vaches.

Ils ont constaté que les résidus de deltaméthrine étaient plus élevés dans le lait et dans les tissus lorsque des doses plus élevées de pesticide étaient administrées. De plus, l’étude a examiné les concentrations relatives de deltaméthrine dans les tissus à différents moments après la dernière dose (1 jour, 4 jours et 9 jours). Sur la base de l’analyse, les chercheurs ont observé que le niveau le plus élevé

des concentrations relatives de deltaméthrine ont été trouvées dans la graisse rénale, suivie par la graisse sous-cutanée, les muscles du quartier avant, du quartier arrière, du foie et des reins.

En résumé, la Deltaméthrine est un insecticide efficace utilisé pour tuer les insectes, mais ses effets résiduels dans l’eau et les aliments diminuent après 7 jours. Cependant, des résidus élevés persistent dans le lait, qui pourrait ensuite être consommé par l’homme. Pour traiter le lait contaminé, le traitement par micro-ondes est plus efficace que la congélation pour éliminer les résidus de deltaméthrine sans altérer la composition du lait. Malgré son efficacité contre les tiques, l’exposition des vaches à la deltaméthrine a des effets négatifs importants sur leur santé. L’étude suggère qu’une attention accrue est nécessaire pour atténuer les risques potentiels et les impacts négatifs sur le bétail dus à l’exposition à la deltaméthrine.

Par Sara Mkahal – Étudiante en génie agricole à l’Université Libanaise

Maryse Bou Zeid

mbouzeid@debbaneagri.com

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet