Défoliation complète, perte de rendement… Protégez vos cucurbitacées maintenant !

Agrotica > Phytopathologie  > Défoliation complète, perte de rendement… Protégez vos cucurbitacées maintenant !

Défoliation complète, perte de rendement… Protégez vos cucurbitacées maintenant !

Le mildiou est une maladie grave des cucurbitacées. Il peut être particulièrement dévastateur pour les concombres où une défoliation complète peut se produire quelques jours seulement après l’apparition des premiers symptômes.

Symptômes

Le mildiou est une maladie fongique qui entraîne une multitude de symptômes qui varient selon le type de cucurbitacées. Sur les concombres, les symptômes peuvent être repérés sur la face supérieure et inférieure des feuilles. Des lésions aqueuses distinctes souvent accompagnées de mycélium gris sont d’abord observées sur la face inférieure de la feuille. Des lésions jaunes de forme irrégulière sont trouvées peu de temps après, confinées par les petites nervures des feuilles sur la face foliaire supérieure, et finissent par virer au brun provoquant la chute de la feuille. Pour mieux identifier les lésions, une disposition en « damier » signature est caractéristique du mildiou du concombre.

Les symptômes apparaissent normalement 4 à 12 jours après l’infection. Chez le cantaloup, les lésions un peu anguleuses ont tendance à être entourées d’un halo jaune. Sur la pastèque, les taches peuvent être anguleuses ou non, virant normalement au brun ou au noir, la feuille développant une boucle vers le haut. Sur les citrouilles et les courges d’hiver, les symptômes peuvent ressembler à l’oïdium, provoquant des taches jaunes qui ont tendance à brunir. Au fur et à mesure que les lésions vieillissent, elles se nécrosent généralement sur tous les types de cucurbitacées et les feuilles vieillissent souvent. Ce dépérissement est normalement d’abord remarqué sur les feuilles les plus anciennes près du centre de la plante. Alors que le pétiole, la tige et les fruits ne sont pas attaqués, les fruits ont tendance à être réduits en taille, ce qui implique des réductions de rendement significatives.

Biologie de l'organisme causal

Le mildiou est causé par Pseudoperonospora cubensis, un pathogène oomycète plus étroitement lié aux moisissures aquatiques, telles que Phytophthora, qu’aux vrais champignons. Cet organisme est appelé parasite obligatoire, ce qui signifie qu’il a besoin d’un tissu hôte vivant pour se développer et se reproduire.

Les sporanges, les structures reproductrices, propagent la maladie par les courants éoliens. Ils sont produits sur la face inférieure des feuilles lorsque les conditions sont optimales : humidité élevée et températures nocturnes comprises entre 13 et 24 degrés C. Alors que la propagation et la survie des sporanges sont fortement dépendantes des conditions météorologiques, une forte densité de plantation sous serre et des débris infectés augmenter les infections au mildiou.

Seule la présence de Sporanges ne suffit pas à provoquer l’infection. Lors du dépôt des sporanges sur la surface des feuilles, l’absence d’humidité libre peut empêcher l’apparition d’une infection. 2 à 6 heures d’humidité libre sont nécessaires pour induire la contagion. Dans le même contexte, des températures en dehors de la plage acceptable de 5 à 27 degrés C peuvent également prévenir l’infection.

Gestion

Pratiques culturales

Les mesures de contrôle ci-dessous sont suggérées sous l’égide de la lutte antiparasitaire intégrée – IPM, que les cultures soient cultivées de manière conventionnelle ou biologique, car elles peuvent aider à réduire ou à retarder les risques d’infection initiale.

  1. Sélectionnez des sites de culture avec un bon drainage de l’air, un plein soleil et une faible humidité.
  2. Laisser suffisamment d’espacement des rangs pour permettre l’aération du couvert végétal
  3. Évitez l’irrigation par aspersion pour éviter l’humidité des feuilles pendant une période prolongée.
  4. Assurez une fertilisation adéquate, mais pas excessive.
  5. Surveillez fréquemment la récolte et gardez un œil sur les prévisions météorologiques
  6. Aux premiers stades d’une épidémie de mildiou, retirez les plantes infectées pour aider à ralentir la propagation de la maladie.
  7. Méfiez-vous de répandre l’inoculant à la main ou avec du matériel infesté, et assurez-vous de toujours désinfecter après avoir été en contact avec un corps infesté.
  8. Adopter des variétés résistantes ou tolérantes aux maladies

Lutte chimique

En culture conventionnelle, il est fortement conseillé d’appliquer des fongicides préventifs tous les 7 à 10 jours à la levée du semis ou en phase de repiquage.

Lorsque les premiers symptômes du mildiou sont détectés dans la zone, un fongicide curatif doit être pulvérisé tous les 5 à 7 jours.

Le mildiou peut développer très rapidement une résistance aux fongicides. Par conséquent, les stratégies de gestion de la résistance doivent être suivies en alternant les fongicides de différentes familles chimiques avec des modes d’action distincts et en incluant des fongicides protecteurs, comme le mancozèbe dans le mélange en réservoir.

Parmi les fongicides efficaces disponibles, Cuprosate C et Rival Duo renferment des principes actifs idéaux CYMOXANIL 50 G/L + PROPAMOCARB HYDROCHLORIDE 400 G/L spécifiques aux oomycètes et sont ainsi considérés comme les meilleurs fongicides chimiques pour le contrôle du Mildiou chez les cucurbitacées.

 

Quant aux pratiques biologiques, plusieurs fongicides alternatifs sont étiquetés efficaces contre le mildiou des cucurbitacées, dont les fongicides à base de cuivre. Les producteurs doivent cependant être prudents lorsqu’ils appliquent du cuivre, car il peut être phytotoxique pour les cucurbitacées. De plus, des niveaux élevés de cet élément dans le sol peuvent être toxiques pour les vers de terre et d’autres organismes bénéfiques contribuant à la santé globale du sol et à la promotion de la croissance des plantes.

Maryse Bou Zeid

mbouzeid@debbaneagri.com

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet