Combattre la Chaleur

Agrotica > Divers  > Combattre la Chaleur

Combattre la Chaleur

Les dernières semaines ont été témoins d’une montée en flèche des vagues de chaleur extrêmes, laissant une trace permanente sur le climat de notre planète. Selon le World Weather attribution (WWA), le changement climatique a rendu la canicule au moins 100 fois plus probable, avec des températures allant jusqu’à 3,5°C plus élevées qu’elles ne l’auraient été sans changement climatique.

Alors que les degrés Celsius continuent d’augmenter, l’effet des vagues de chaleur intenses se répercute dans diverses industries, laissant une traînée de défis. Des urgences de santé publique aux perturbations de la demande énergétique, cette chaleur implacable s’infiltre dans tous les coins de la société moderne. Comment cette boursouflure continue affecte-t-elle le secteur agricole ? Des solutions pour apaiser les conséquences des températures sur nos productions ?

La productivité agricole dépend fortement des conditions climatiques actuelles, y compris les conditions météorologiques et la disponibilité de l’eau. Les phénomènes de chaleur extrême, connus sous le nom de vagues de chaleur, peuvent avoir un impact direct sur l’agriculture en causant des dommages physiques aux cultures, aux animaux et aux arbres en raison des conditions météorologiques extrêmes. Indirectement, la perturbation de la circulation des biens et des services, la perte de capacités de production et l’augmentation des coûts de production aggravent encore l’impact des vagues de chaleur sur l’agriculture.

Vagues de chaleur et cultures

Les effets sur la croissance et le développement des cultures sont variés et significatifs. Ils interfèrent avec des processus cruciaux tels que l’absorption d’humidité du sol, la croissance des racines et des pousses, la photosynthèse, la respiration et l’absorption d’eau par les plantes, affectant finalement le rendement final. Les vagues de chaleur exacerbent le tarissement des ressources en eau du sol par évaporation accélérée, laissant aux plantes un accès limité aux ressources en eau essentielles. De plus, la dégradation générale de l’environnement causée par les vagues de chaleur rend l’agriculture, la foresterie et les pâturages plus vulnérables à leurs effets néfastes.

Le changement climatique, caractérisé par une hausse des températures, une augmentation du dioxyde de carbone atmosphérique (CO2) et des phénomènes météorologiques extrêmes, pose des défis considérables aux rendements des cultures. L’impact de l’augmentation de la température sur des cultures spécifiques dépend de leur température optimale pour la croissance et la reproduction. Bien que le réchauffement puisse profiter aux cultures dans certaines régions ou permettre la culture de récoltes à climat estival, les rendements peuvent diminuer lorsque les températures dépassent le niveau optimal d’une culture.

Des niveaux plus élevés de CO2 peuvent influencer les rendements des cultures, car certaines études suggèrent que des niveaux élevés de CO2 peuvent stimuler la croissance des plantes. Cependant, divers autres facteurs, comme les changements de température, les niveaux d’ozone et la disponibilité de l’eau et des nutriments, peuvent contrecarrer ces augmentations potentielles du rendement. Les températures extrêmes et les précipitations, comme les inondations et les sécheresses, peuvent également affecter la croissance et les rendements des cultures.

Le changement climatique influence également la prolifération des mauvaises herbes et des ravageurs, ce qui peut nuire aux cultures et alourdir le fardeau financier des agriculteurs. À mesure que les températures augmentent, ces espèces indésirables trouvent des conditions plus favorables pour prospérer, ce qui entraîne une augmentation des dépenses pour la lutte antiparasitaire et la protection des cultures. En outre, la valeur nutritionnelle de la plupart des cultures vivrières est compromise par l’augmentation des niveaux de CO2, réduisant les concentrations de minéraux et de protéines essentiels, ce qui constitue une menace potentielle pour la santé humaine.

Non-seulement les récoltes

Dans les communautés agricoles, où les populations vulnérables, telles que les personnes sous-alimentées et faibles, travaillent souvent sur les terres agricoles, la chaleur extrême constitue une menace directe pour leur santé et leur bien-être. Les répercussions des vagues de chaleur vont au-delà des conséquences tangibles mesurables en termes monétaires, englobant des facteurs intangibles comme l’anxiété, la peur de catastrophes futures, les désagréments, les perturbations et la mauvaise santé induite par le stress.

Meilleures pratiques

  1. Gestion de l’irrigation : Mettre en œuvre des pratiques d’irrigation efficaces pour optimiser l’utilisation de l’eau. L’irrigation par égouttement et d’autres systèmes économes en eau peuvent aider à garantir que les cultures reçoivent une humidité adéquate tout en réduisant le gaspillage d’eau.
  2. Conservation de l’humidité du sol : Améliorer la rétention d’humidité du sol en appliquant des paillis organiques, couvrant les cultures ou en incorporant de la matière organique dans le sol. Ces pratiques peuvent aider à retenir l’eau et à réduire l’évaporation pendant les vagues de chaleur.
  3. Sélection de récolte tolérante à la chaleur : Choisissez des variétés de cultures mieux adaptées pour supporter des températures élevées. Les cultures résistantes à la chaleur et à la sécheresse sont plus susceptibles de prospérer pendant les vagues de chaleur et de maintenir une meilleure productivité.
  4. Techniques de refroidissement : Mettre en œuvre des techniques de refroidissement telles que des asperseurs ou des systèmes de brumisation pour réduire les températures de l’usine pendant les périodes les plus chaudes de la journée.
  5. Surveillance et avertissements précoces : Restez à jour sur les prévisions météorologiques et les alertes de canicule. Avoir des alertes précoces permet aux agriculteurs de prendre des mesures préventives et de protéger leurs cultures.

Donnez-la un coup de pouce

La prochaine fois que les prévisions météorologiques indiquent des vagues de chaleur intenses à venir, envisagez d’utiliser des simulants biologiques qui aident les plantes à surmonter la chaleur tout en maintenant la croissance des cultures. Un biostimulant remarquable qui brille pendant cette saison chaude est Bombardier de Kimitec.

Ce Bio-produit contient 16,6% d’acides aminés libres (p/v) dont 11,63% d’acides glutamiques. Pourquoi est-ce important ?

Un bioproduit contenant de l’acide glutamique soutient les plantes pendant un stress thermique intense, maintenant l’équilibre hydrique et empêchant la déshydratation dans les cellules végétales. Il agit comme antioxydant, neutralisant les espèces réactives nocives de l’oxygène et réduisant les dommages oxydatifs. L’acide glutamique stabilise les protéines, préserve leur fonctionnalité et induit des protéines de choc thermique, préservant les structures cellulaires et maintenant la santé des plantes.

En améliorant la photosynthèse et en permettant une meilleure efficacité métabolique, l’acide glutamique aide les plantes à s’adapter, à croître et à prospérer malgré le stress thermique extrême, favorisant ainsi la résilience et la productivité globales.

Alors que nous sommes confrontés à la réalité de l’augmentation des vagues de chaleur et de leurs implications sur l’agriculture, l’adoption de pratiques durables et de solutions innovantes devient impérative. Seuls des efforts collectifs, guidés par les progrès de la science et de la technologie, permettront de renforcer la résilience du secteur agricole et d’assurer un avenir plus durable et plus sûr sur le plan alimentaire pour les générations à venir.

par Ing. Maryse Bou Zeid

Maryse Bou Zeid

mbouzeid@debbaneagri.com

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet