Tache Bactérienne sur les Feuilles et Fruits des Tomates

Agrotica > Phytopathologie  > Tache Bactérienne sur les Feuilles et Fruits des Tomates

Tache Bactérienne sur les Feuilles et Fruits des Tomates

Souvent, les cultivateurs de tomates remarquent toutes sortes de taches sur les feuilles et fruits des tomates en plein champ ou en serre. Le nombre de ces taches augmente à force de l’humidité et la température modérée, signe que les plantes ont besoin de votre aide.

Pour savoir comment en protéger les tomates, vous devez vérifier de quoi s’agit le problème. Pour ce faire, regardez attentivement les taches présentes sur les feuilles de tomates dans votre champ.

La première raison, et la plus simple, c’est la température élevée (brûlure des plantes), et la pulvérisation de pesticides ou d’engrais au mauvais moment. Dans ce cas-là, les taches disparaîtront d’elles-mêmes après quelques jours. Mais si ces taches ne disparaissent pas ou augmentent en nombre et en taille, il est temps de prendre les mesures appropriées et d’en déterminer la cause afin que vous en puissiez traiter.

Premièrement, Inutile de paniquer ! Deuxièmement, lisez ce texte et commencez à résoudre le problème.

Les bactéries sont la principale cause des taches sur les feuilles et les fruits des tomates. Il existe au moins sept types de bactéries qui font apparaître des taches, à savoir :

Clavibacter michiganensis subsp. Michiganensis

La cause : Cette bactérie est responsable du chancre bactérien qui laisse des taches blanches ressemblant aux yeux de oiseaux sur les feuilles. D’autres taches apparaissent sur les fruits et causent de graves dégâts.

Les bactéries pénètrent les trous de respiration où commence l’infection initiale, puis s’étendent vers les tissus environnants.

Les symptômes :

-Brûlure des bords des vieilles feuilles

-Coloration jaune à marron des vaisseaux et présence de mucus

-Poudre blanche sur le fruit, entourée par des ulcérations

Les familles : Solanacées, tomates, aubergines, poivrons, pommes de terre

Les conditions favorables à la maladie : Chaleur modérée et humidité élevée. Les tomates à croissance rapide en font les frais plus que les tomates à croissance lente.

Les pays à forte prévalence sont la Turquie, l’Iran et les États-Unis

Conditions transitoires : Principalement par les semences

Poids économique : Les pertes s’estiment de 50 à 90% de la récolte si la maladie n’est pas maîtrisée tôt.

Gestion de la maladie :

-L’emploi de semences saines est la principale condition pour lutter contre la maladie

-Il est préférable d’utiliser des semences qui ont été trempées dans une solution acide tel que l’acide sulfurique ou le fongicide biologique NOVO SAFE

-Le traitement chimique des semences peut assez réduire l’infection

-Une fois la maladie apparaît dans la culture, des mesures sanitaires strictes doivent être prises pour limiter les pertes, comme l’élimination des plantes infectées et l’isolement des rangs infectés

-Les mesures préventives (destruction des résidus de la culture précédente, stérilisation et désinfection des structures et des équipements des serres) sont nécessaires pour préserver les cultures protégées

-Des variétés résistantes existent, mais ne sont pas encore mélangées avec les variétés commerciales.

Pseudomonas syringae pv. Tomato

Ces bactéries provoquent de petites taches/fosses bactériennes de 1 à 2 mm de diamètre, de forme irrégulière, et de couleur brune. Ces taches s’entourent progressivement d’un cercle jaune.

Si les conditions sont particulièrement humides, les taches se dilatent et fusionnent et touchent des sections entières de la feuille. La couleur brune s’étend pour englober une grande surface et les taches sont attachées les unes aux autres. Au début, des taches peuvent se développer sur les pétioles des feuilles et des fleurs qui finissent par tomber, alors que de petites taches noires et un contour vert apparaissent sur les plantes.

Cette bactérie touche la plante toute entière et nécessite une humidité relativement élevée et une température de plus de 20 degrés Celsius pour propager l’épidémie.

Xanthomonas campestris pv. vesicatoria

L’agent pathogène est une bactérie qui vit dans les débris végétaux et les mauvaises herbes. Cette bactérie se transmet par l’air, par les semences et par l’eau. Elle pénètre les plaies et ressemble à une tache d’eau noire et circulaire sur la feuille, qui se fane et tombe rapidement, affectant la tige et les fruits.

Les symptômes

-Les symptômes d’infection bactérienne apparaissent sur les feuilles, les tiges et les fruits, mais les infections des fruits sont les plus nocives.

-Initialement, les symptômes apparaissent sur les feuilles sous la forme de petites taches jaunes grasses d’un diamètre ne dépassant pas les trois millimètres. À mesure que la maladie progresse, les taches deviennent angulaires et acquièrent une couleur brune foncée ou noire. Ensuite, le lieu des taches s’assèche et les feuilles tombent.

-Des taches similaires apparaissent sur les tiges et les pétioles des feuilles, sauf qu’elles sont allongées. Des ulcérations peuvent se former sur les parties touchées des vieilles tiges.

-Ces bactéries n’infectent les fruits que lorsqu’elles sont petites et vertes, mais les symptômes continuent d’apparaître aux différents stades de leur croissance.

-Les taches de fruits – au début – sont très petites et noires, et elles peuvent être entourées d’une petite poudre blanche, qui disparait plus tard. À mesure que la maladie progresse, les taches s’étalent jusqu’à atteindre environ 5 mm de diamètre et deviennent brunes. Elles sont basses et prennent une forme ovale. Les fruits infectés peuvent se fissurer en raison de la rupture de l’ectoderme et l’endoderme, ce qui les rend vulnérables à l’infection par d’autres organismes responsables de moisissures.

Propagation de la bactérie et les conditions propices à l’infection

-Un climat chaud et humide favorise la propagation de la maladie. Surtout lors de l’apparition de rosée constante avec une forte irrigation ou en cas de pluies fréquentes, ou lors de l’irrigation par arrosage.

-Les bactéries vivent dans les débris végétaux dans le sol, et l’infection est transmise par contact et blessures

Lutte contre la maladie

Pour lutter contre la maladie, il est recommandé de suivre les méthodes suivantes :

-Une longue rotation des cultures

-Utilisation de semences et de plants indemnes d’infection

-Élimination des plantes infectées hors du champ

-Pulvérisation de composés du cuivre

-Culture de variétés résistantes

-Utilisation des remblais en plastique au-dessus des rangs pour protéger les plantes de la pluie dans les zones de fortes précipitations

 

Gestion de la maladie

-Étant donné que ces bactéries sont transmises par les semences, il est important d’utiliser des semences et des plants propres. Généralement, les graines sont trempées dans de l’acide sulfurique à une concentration de 0,5% pendant 3 minutes ou elles sont immergées dans une solution NOVO SAFE

-Pour prévenir les maladies sur le champ, lorsque des taches apparaissent, des composés de cuivre comme Samaya, l’oxycuivre, l’Hydrocuivre ou Scudo sont pulvérisés à raison de 1 kg pour chaque 200 l d’eau. Cette méthode est répétée avec quinze jours d’écart.

 

Pseudomonas syringae pv. syringae

Cette bactérie produit de petites taches foliaires brunes à noires qui sont quelque peu comparables à celles trouvées dans la maladie bactérienne maculaire. Parfois, ces taches sont entourées par une poudre jaune. Ces bactéries sont également associées à la nécrose des feuilles, en particulier celles situées à la périphérie de la feuille.

Xanthomonas spp.

Les symptômes des taches bactériennes provoquées par plusieurs types de bactéries ont été récemment observés, à savoir : X. euvesicatoria, X. vesicatoria, X. perforans, et X. Gardneri.

Ces bactéries produisent au début de petites taches humides, qui acquièrent rapidement une couleur brune au noir avec un diamètre ne dépassant les 2 ou 3 mm. Elles contiennent des poudres jaunes plutôt foncées.

Certains symptômes de brun humide apparaissent également sur les cous et les gaines. Les symptômes qui touchent les fruits sont spéciales et transparents, puis deviennent cancérigènes d’une manière progressive.

 

Ces symptômes sont très similaires à ceux causés par le froid.

Prévention et contrôle de toutes les maladies bactériennes / tomates

Méthodes agricoles :

-Employez des semences propres provenant d’une source fiable et de plants sains. Évitez les semences présentant des symptômes de taches sur les feuilles ou les tiges

-Employez des semences de variétés résistantes dans la mesure du possible

-Compostez les restes de la récolte précédente et stérilisez la serre. Évitez de planter sur une terre précédemment infectée

-Respectez la rotation des cultures, notamment en cas d’infection sévère au champ. Eviter de plante dans un champ fortement infesté la saison précédente

-Luttez contre les mauvaises herbes, en particulier les dicotylédones

-Ventilez la serre, évitez l’humidité du sol et des feuilles, assurez le bon drainage du sol, comme l’irrigation, surtout au début de la journée

-Évitez la pulvérisation à haute pression car cela peut causer de petites lésions aux feuilles et aux tiges, ce qui facilite la pénétration des bactéries dans la plante

-Évitez de toucher les feuilles humides. Lors de rosée, évitez toute cueillette et ne laissez pas des travailleurs entrer le champ

-Lavez les mains et utilisez des outils propres et stériles en touchant les tomates. Ne permettez pas au travailleur de cueillir d’aubergines dans un champ puis de se déplacer dans un autre sans changer de vêtements et se laver les mains avec du savon et de l’eau avant de commencer le travail

 

Lutte chimique durant la saison :

Lutte biologique

Employez du Novotreat lors de la taille des plantes, et lors d’une infection et l’apparition de symptômes, à raison de 2 l/200 litres d’eau par voie de pulvérisation foliaire plusieurs fois durant la saison, et non avant ou après. De plus, le Novotreat ne doit pas être utilisé avant ou après l’emploi des composés de cuivre et de soufre.

Symptômes observés dans la région de Homs en 2019

L’apparition de ces symptômes relevant de la tache bactérienne est due à la température et l’humidité élevées.

Par Wael AM.

John Doe

roy@xtnd.io

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet