Le Cycle des Plantes

Agrotica > Production des Plantes  > Le Cycle des Plantes

Le Cycle des Plantes

Par définition, l’horticulture est la branche de l’agriculture qui s’occupe des cultures de jardin, généralement des fruits, des légumes et des plantes ornementales ; c’est à la fois une science et un art. Cet article traite de la production de légumes, l’une des plus importantes applications de l’horticulture, qui nourrit des milliards de personnes dans le monde. Nous aborderons certains des principaux éléments du cycle des cultures horticoles, de la graine au fruit, aux pépinières, ainsi que les principes clés de la nutrition des plantes et de la protection des cultures.

A partir de ces éléments, nous vous présentons les principales composantes de la culture d’un produit sain et fructueux.

De la graine à la pépinière

Toutes les cultures ont des origines modestes, poussant à partir d’une graine minuscule mais puissante. La sélection des bonnes semences fait la différence entre le succès et l’échec d’une culture ; en définitive, c’est la différence entre la rentabilité et la perte. Lors de la sélection des cultures, les agriculteurs doivent tenir compte des caractéristiques génétiques de chaque variété, notamment de sa tolérance aux conditions climatiques, de sa sensibilité aux maladies et de sa productivité globale.

L’utilisation de variétés hybrides garantit une santé et un rendement constants des cultures. Les caractéristiques génétiques sont améliorées et renforcées grâce à la sélection minutieuse de plantes parentales fortes aux qualités génétiques supérieures, ce qui fait de la vigueur hybride le principal moteur de ces caractéristiques souhaitées.

Avant de choisir la bonne variété, les agriculteurs doivent acquérir une connaissance approfondie de leurs terres, de leurs ressources en eau et des conditions climatiques à différentes périodes de l’année. Ces éléments jouent un rôle essentiel dans le choix de la bonne variété pour la saison, afin de garantir une croissance, un développement et un rendement adéquats.

Après la sélection des variétés, le choix d’une pépinière est l’étape essentielle suivante du processus. Comme son nom l’indique, la pépinière fournit aux graines les conditions et les soins nécessaires à une germination et un développement réussis.

[mpc_quote mpc_ribbon__preset= »default » mpc_ribbon__corners_color= »#88d482″]Un pépiniériste professionnel doit avoir des connaissances fiables sur les substrats de plantation, la qualité et l’utilisation de l’eau, et doit comprendre les exigences de base en matière de germination des graines. En outre, il doit suivre les bonnes pratiques d’hygiène des pépinières pour s’assurer que les semis sont sains et exempts de parasites, de maladies et de mauvaises herbes.

Un autre aspect logistique de la sélection des pépinières est l’emplacement des pépinières par rapport aux terres agricoles ; il est recommandé aux agriculteurs de choisir des pépinières plus proches des terres afin de réduire les risques de stress hydrique, d’endommagement et de contamination des plantules pendant le transport. Cela permet également d’éviter tout ralentissement de la plantation qui pourrait affecter négativement le développement des plantes.[/mpc_quote]

Ces dernières années, l’industrie des pépinières s’est considérablement développée et les pépiniéristes ont adopté des techniques plus avancées pour la production de plantes potagères. En effet, les chambres de germination sont devenues une nécessité dans toutes les pépinières afin de garantir des conditions de température et d’humidité spécifiques aux cultures et de permettre des pourcentages de germination optimaux. Une autre évolution récente est l’utilisation croissante de pesticides et d’engrais dans les pépinières de plants, cette mesure permet d’obtenir des plantes plus fortes et plus saines qui ont de meilleures chances de production. En outre, un nombre croissant de pépinières ont développé des techniques de greffage pour améliorer les performances et la productivité des cultures.

Repiquage

Après la pépinière, l’étape qui suit dans la transformation de la graine en fruit est le repiquage des plantes dans le sol. La préparation du sol est une étape importante. La logique principale ici est de s’assurer que les semis ont les bonnes conditions de sol pour leur développement et leur croissance. Il s’agit notamment de disposer d’un sol fertile, exempt de parasites et de maladies. Pour y parvenir, une liste de solutions biotiques et abiotiques est devenue pratique courante. Elles comprennent des activités physiques de gestion des terres telles que le labourage, la solarisation du sol et l’application d’engrais et de pesticides chimiques et organiques.

[mpc_quote]Lorsque les producteurs comprennent le mode d’action de ces produits et activités, ils sont en mesure d’établir un lien entre des cultures, des organismes nuisibles et des phases de culture spécifiques. Cela permet aux producteurs de cultiver des cultures saines, d’anticiper les risques et de les éviter.[/mpc_quote]

L’application de pesticides préventifs sur les semis et le sol avant la transplantation en est un exemple. Le trempage des semis dans des solutions fongicides les protège souvent dès qu’ils entrent en contact avec le sol. De même, en ce qui concerne la lutte contre les insectes et les nématodes, les mesures préventives protègent souvent les semis afin qu’ils soient des plantes saines. Ces mesures ne doivent pas être négligées, car elles permettent de réduire la mortalité des semis et les pertes de rendement et de bénéfices.

Irrigation

L’irrigation vise essentiellement à fournir de l’eau et des nutriments aux plantes au moment du besoin. De nombreux systèmes d’irrigation spécifiques aux cultures sont disponibles sur le marché pour répondre aux besoins des différentes cultures. Les goutteurs et les arroseurs sont parmi les méthodes d’irrigation les plus courantes.

Il n’existe pas vraiment de méthode unique pour toutes les cultures, car elle varie en fonction du stade de la culture et des conditions météorologiques. Cependant, l’approche principale consiste à réduire le risque de stress hydrique et à s’assurer que les plantes bénéficient d’une humidité du sol et de niveaux de nutriments adéquats pour un développement optimal des plantes.

Un autre aspect important de l’irrigation est la qualité de l’eau. L’utilisation d’une eau d’irrigation propre, exempte de contaminants tels que les produits chimiques nocifs, les eaux usées, les agents pathogènes des plantes et les graines de mauvaises herbes, joue un rôle important dans la santé des cultures et la valeur nutritionnelle de leurs fruits.

En outre, l’utilisation d’un système d’irrigation approprié joue également un rôle très important dans l’acheminement efficace de l’eau vers les plantes. Ainsi, la consommation d’eau est réduite et cette ressource précieuse est conservée.

Fertilisation

La clé d’une production végétale réussie réside dans la connaissance des besoins nutritionnels des plantes. Chaque culture a des besoins différents en macro- et micro-nutriments. Les macro-éléments qui sont généralement nécessaires en grande quantité sont l’azote, le phosphore, le potassium, le calcium et le soufre. Les micro-éléments tels que le fer, le bore, le zinc, etc. sont nécessaires en quantités infimes, parfois sous forme de simples pms. Ces éléments sont essentiels à la croissance et au développement des plantes, depuis le stade végétatif jusqu’à la floraison, la nouaison et enfin la croissance et la maturation des fruits. Selon la gravité des carences en ces éléments, les effets peuvent aller d’un faible rendement des cultures à la perte totale de celles-ci.

[mpc_quote]Déterminer les besoins des cultures à différents stades joue un rôle clé dans l’élaboration de programmes de fertilisation précis.[/mpc_quote]

Par exemple, au cours des premiers stades de développement des cultures, les plantes ont besoin de l’élément phosphore, qui est connu pour avoir un effet stimulant sur les racines et la production de fleurs. En outre, le phosphore joue un rôle essentiel dans la production d’énergie au sein des cellules végétales. Cette énergie est nécessaire à la croissance et au développement des plantes.

Pendant le stade végétatif, les cultures consomment souvent de grandes quantités d’azote. L’azote est souvent associé à la croissance des feuilles et à l’allongement des tiges. En effet, il est également un composant clé des acides aminés et des protéines qui jouent un rôle essentiel dans presque tous les processus de développement des cultures et des fruits, y compris dans la nutrition dont nous dépendons pour survivre. Le potassium, quant à lui, est principalement associé à la croissance et à la maturité des fruits, ainsi qu’à la tolérance à la sécheresse. Il joue également un rôle essentiel dans la circulation des nutriments, de l’eau et des glucides dans les cellules végétales.

Bien que les micronutriments ne soient nécessaires qu’en quantités infimes, ils jouent un rôle essentiel dans les mécanismes vitaux des cellules végétales. Ces éléments composent les multiples enzymes que les plantes utilisent tout au long de leur vie, en plus de leur rôle dans la photosynthèse, la fixation de l’azote et les réactions d’oxydoréduction.

De nos jours, une multitude de formulations d’engrais sont disponibles sur le marché, y compris des amendements organiques. Il existe des engrais granulaires de préplantation, des engrais hydrosolubles et des engrais foliaires spécialement formulés pour être facilement absorbés par les feuilles.

Principaux ravageurs et maladies et méthodes de lutte

Dès que les semis sont repiqués dans le sol, les insectes sont souvent les premiers à apparaître. Semblant venir de nulle part, la rapidité de l’infestation surprend souvent les cultivateurs non préparés.

Dans la culture en serre, les mêmes conditions optimales qui permettent aux plantes de croître et de se développer rapidement constituent également un terrain fertile pour les parasites et les maladies. En effet, les températures plus chaudes et l’humidité élevée dans la serre permettent aux cultures de croître et de se développer rapidement. Par conséquent, ces mêmes conditions constituent le terrain idéal pour que les parasites et les maladies se propagent et prospèrent. Les insectes et les champignons sont deux des principaux parasites ayant l’effet le plus néfaste sur les rendements.

[mpc_quote]Selon la FAO, les pertes de récoltes dues aux ravageurs et aux maladies peuvent atteindre 20 à 40 % ; dans certains cas, des récoltes entières peuvent être décimées en raison d’un contrôle inadéquat des ravageurs. Par conséquent, les programmes de pulvérisation doivent être facilement disponibles pour être appliqués dès que les cultures sont plantées.[/mpc_quote]

La connaissance des cycles de vie des ravageurs et des pesticides et de leurs ingrédients actifs sont des moyens importants d’aider les agriculteurs à gérer les ravageurs et les maladies. La date d’application des pesticides fait toute la différence pour la santé et la productivité des cultures. Connaître les effets des différents ravageurs et maladies aide également les agriculteurs à choisir et à appliquer les bons pesticides pour chaque ravageur et chaque stade de la culture.

Les agriculteurs pourront ainsi limiter les pertes de récoltes et les dépenses inutiles, ce qui est particulièrement important aujourd’hui compte tenu des progrès considérables dans le domaine des composés et des ingrédients actifs des pesticides.

Les principaux ravageurs des cultures observés dans notre région couvrent un grand nombre de familles d’insectes, chacune ayant des exigences, des cycles de vie et des niveaux de dommages différents. En connaissant ces détails, les producteurs pourraient formuler des programmes d’application de pesticides en temps opportun pour obtenir des résultats optimaux.

Les parasites mentionnés sont particulièrement préoccupants en raison de leurs effets néfastes sur la santé des plantes. Les insectes peuvent tuer les semis en s’en nourrissant directement, ou les affecter indirectement en transmettant des maladies bactériennes et virales qui paralysent progressivement les cultures et affectent la productivité. Les maladies fongiques, quant à elles, sont plus souvent associées à des niveaux d’humidité élevés, ce qui les rend plus importantes pendant la saison des pluies. Les maladies fongiques se caractérisent également par la vitesse à laquelle elles se propagent, détruisant parfois des cultures entières du jour au lendemain lorsque les conditions sont réunies.

Les producteurs peuvent réduire et éliminer les maladies et augmenter les rendements et les profits en utilisant des programmes de pulvérisation préventive et curative de manière planifiée, ainsi que des pratiques de gestion intégrée des cultures.

par Ing. Abdultatif Jaroudi

John Doe

roy@xtnd.io

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet