Le Chou – Brassica oleracea

Agrotica > Gestion des Cultures  > Le Chou – Brassica oleracea

Le chou est une plante légumière feuillue. Il est connu depuis l’Antiquité comme aliment essentiel dont les feuilles vertes vert blanchâtre ou rouges. sont consommées crues ou cuites. Les feuilles de la plante se rassemblent et s’enroulent autour d’un bourgeon terminal pour former la tête. Il appartient à la famille des crucifères Brassicacées, le nom scientifique est Brassica oleracea. Var .capitata L. et le nom anglais est Cabbage (Jim et Napier, 2006).

Le chou est un aliment important à haute valeur nutritionnelle. Ils sont riches en fer, phosphore et calcium. Chaque 100 g de feuilles de chou contient 94 % d’eau, 20 g de glucides, une faible teneur en protéines dans un rapport de 1 à 2,5 %, des sucres 6 %, de l’huile stable et des minéraux comme le fer. 260 mg, calcium 42 mg et phosphore 41 mg, ainsi que des vitamines K, B1, B2, B3 et B6, un agent anti-ulcéreux appelé vitamine U et acide ascorbique (Mulamba et al., 2002).

Des études sur des aliments sains ont confirmé que le chou est un nettoyant pour le tube digestif et le foie qui dissout les graisses dans le corps, élimine le cholestérol et équilibre la glycémie et la tension artérielle. En raison du manque de protéines et de matières grasses dans le chou, il est faible en calories et est donc considéré comme l’un des aliments importants pour perdre du poids (AL-Rawahy et al., 2004).

L’Europe du Sud et de l’Ouest est la patrie d’origine du chou, car il pousse à l’état sauvage sur les côtes de l’Angleterre, du Danemark, du nord-ouest de la France et des rives de la mer Méditerranée. Les historiens ont souligné qu’il était planté depuis l’Antiquité en Mésopotamie et dans la vallée du Nil (Al-Muhammadi et Al-Mishal, 1989). Les conditions climatiques appropriées pour la croissance du chou sont un climat humide et modérément froid, car les températures idéales pour la croissance de chou sont à un taux de 17º C, et la plage de température entre 10 et 24º ºC est très appropriée pour la croissance des plantes et la formation de têtes matures de haute qualité. Il a été constaté que certains cultivars de chou supportent des temps de congélation courts lorsque les températures sont de -6 ºC, et que d’autres variétés résistent au gel jusqu’à -10 ºC.

Matlab, (1980) a souligné que le chou peut résister aux vagues de gel, et que chaque fois que le temps est froid pendant sa culture, le goût des feuilles de la plante sera doux, car les cellules végétales travaillent pour convertir l’amidon en sucre pour protéger la plante du froid, ce qui signifie que le goût des feuilles sera sucré lors de la cueillette. Lorsque la plante est exposée au gel pendant une longue période dépassant trente jours et à une température de -5 ºC, la plante est endommagée et la production diminue (Jim et Napier, 2006). La durée de la croissance de la phalange varie en fonction des conditions climatiques et du type de plante cultivée, car la période de croissance du chou varie de 90 à 120 jours, et il a été constaté que la meilleure production qualitative des têtes de chou était lorsque la période de croissance était comprise entre 120 et 140 jours (Sanders, 2007).

Le chou est cultivé dans différents types de sols, qu’il s’agisse de sols légers ou lourds ou de sols organiques. Les sols légers donnent une production précoce, tandis que les sols lourds donnent une production tardive. La meilleure production se trouve dans des sols fertiles avec un bon drainage et une bonne aération et une préparation suffisante pour les besoins en eau (Herman, 2004).

La production est affectée par la teneur en humidité du sol, car la production diminue lorsque la plante est exposée à un stress hydrique, ainsi que lorsque le sol est gorgé d’eau (Wene et White, 1953). Selon Sammis et Wu, (1989), la diminution de la teneur en humidité du sol a affecté la qualité du rendement des plants de chou et de laitue de manière négative, de sorte que la production de chou a diminué de manière significative et la taille de la tête a diminué. L’acidité du sol a affecté le rendement de l’halophyte, il a été constaté que la croissance et la production des têtes augmentaient lorsque l’acidité du sol était comprise entre 5,5 et 6,5. Le chou est considéré comme l’une des plantes moyennes qui tolère la salinité, car l’augmentation de la salinité réduit la production, car il a été constaté que la salinité augmente de 2,8 à 12 décisiemens. M-1 a réduit sa production de 100 %.

Le chou est cultivé au champ sous forme de rayures ou de rainures, et la distance entre les rayures ou les rainures dépend de la taille de la tête de chou à maturité. La distance entre les lignes de plantation est de 0,3 à 0,5 m pour les têtes de chou d’un poids inférieur à 1,5 kg, et la distance passe à 0,9 m pour les têtes d’un poids de 3 kg. Un rendement optimal en têtes succulentes peut être obtenu lorsque la densité de plantation se situe entre 30 000 et 40 000 plants. ha-1. Lahana est cultivée de deux manières, directement au champ, à raison de 3 kg de graines par hectare. Une autre méthode consiste à planter les graines dans la pépinière ou la pépinière, puis à les transférer sur le terrain, et c’est l’une des premières méthodes de culture (Herman, 2004). La plante Lahana se caractérise par une croissance et un développement lents au cours de la première moitié de la phase de croissance végétative. Cette étape dure 50 jours, suivie de l’étape de formation des têtes puis de l’étape de maturité. Ici, le poids de la plante double tous les 9 jours. Lorsque la formation des têtes commence, il y a une diminution soudaine du taux d’ouverture et de propagation des feuilles en développement en même temps, le processus de formation de nouvelles feuilles se poursuit. Cela se traduit par la formation d’un cortex qui entoure la tête constituée des vieilles feuilles et vers l’intérieur de celles-ci poussent les nouvelles feuilles.

La forme de la tête du chou diffère selon le type de plante, y compris les têtes pointues avec une extrémité dentelée, les têtes sphériques ou avec une circonférence circulaire. La couleur de la langue est verte ou rouge.

La production de têtes de brosse a atteint 25 à 35 tonnes. ha-1 sous des rafales de pluie. Alors que la production a atteint 85 tonnes. ha-1 Lorsqu’une bonne gestion est suivie en termes d’approvisionnement en eau en utilisant des méthodes d’irrigation adaptées à la croissance des plantes et répondant à ses besoins en eau et fournissant les nutriments préparés par la fertilisation, au stade de maturité et de récolte, il peut arriver que les têtes des chou sont petites, et cela est le résultat d’une diminution de l’apport d’eau à la plante au cours des deux stades de la formation de la tête et du dernier stade de la période de croissance de la culture (Doorenbos et Kassam, 1979). La date de plantation appropriée pour les graines de chou dans la pépinière est du mois d’août à la fin septembre. et maquiller

La distance entre une plante et une autre est de 0,4 à 0,5 m, et la distance entre une ligne et une autre est de 0,7 à 0,8 m (Jim et Napier, 2006).

Sanders et Kemble, (2000) ont mentionné que les dates d’irrigation dépendent des conditions climatiques et du type de sol. Habituellement, les semis sont irrigués après la plantation dans le champ permanent après trois jours, et les irrigations sont proches en début de saison, après quoi les irrigations divergent. Les besoins en eau des plantes Lahana varient même au cours d’une saison de croissance, car ils varient entre 350 et 500 mm. Saison 1 (Doorenbos et Kassam, 1979 et Suresh, 2008). La consommation d’eau de l’usine de Lahana en Irak a été estimée par Rovdkhoz, (1982). La consommation d’eau s’est élevée à 447 mm pour une période de croissance de 186 jours sous le système d’irrigation Al Maroz. AL-Rawahy et al., (2004) ont mené une étude pour évaluer le manque de besoins en eau de la plante Lahana et son effet sur le rendement de la plante, en prenant la taille de la tête Lahana, la surface foliaire, la croissance et la profondeur des racines comme une fonction pour évaluer le rendement. Ils ont utilisé deux méthodes d’irrigation des plantes, l’irrigation goutte à goutte de surface et l’irrigation goutte à goutte souterraine. L’étude a montré que les besoins en eau des plantes variaient selon les méthodes d’irrigation, ce qui se reflétait dans les fonctions d’évaluation du rendement, et les besoins en eau de la plante Lahana atteignaient 6 et 4 mm. Jour-1 pour les méthodes d’irrigation goutte à goutte de surface et souterraine, respectivement. Entre Daugovish et Cahn, (2007) que les besoins en eau de la plante Lahana ont varié selon les différentes méthodes d’irrigation, les conditions climatiques et les conditions d’humidité du sol. Les chercheurs ont comparé les besoins en eau de la plante chou sous l’influence de différentes méthodes d’irrigation, trois méthodes d’irrigation ayant été appliquées, l’irrigation goutte à goutte, l’irrigation par aspersion et l’irrigation merooz. Les besoins en eau des plantes chou pendant la saison de croissance se sont élevés à 1857, 2476 et 3714 m3. ha-1 pour les trois méthodes d’irrigation, respectivement.

Jim et Napier (2006) ont identifié la maturité et la marque de récolte des plantes de chou qui sont le recourbement des feuilles et la formation de têtes dures et brillantes selon la variété et la taille appropriée. La récolte se fait chaque semaine en coupant les têtes matures. La quantité de rendement dépend de la variété de plantes, du type de sol, du service et des conditions climatiques dominantes.

Wene et White (1953) ont mentionné que le système racinaire de la plante est très ramifié, en particulier dans les 0,3 m supérieurs du sol, et que les racines s’étendent jusqu’à 0,9 m et que les racines sont fibreuses. Ben Mutee’ (1976) La racine est hérissée et meurt après le repiquage. Par conséquent, les stolons dépendent pour leur nutrition de racines fibreuses, dont la plupart sont profondes de plus de 0,6 m, ainsi que de racines fibreuses latérales, dont la plupart ne vont pas à plus de 0,3 m de profondeur. Tandis que les racines s’étendent latéralement sur une distance de 1,2 à 1,5 m.

Sanders et Kemble (2000) ont décrit les feuilles de la plante Lahana comme étant simples, de grande taille, entièrement formées et avec un cou court. Jim et Napier (2006) ont fait référence à la division botanique de Lahana et ont mentionné que la division est en fonction de la maturité, car il existe des variétés précoces, moyennes ou tardives. Ou selon la taille des têtes, car il existe des variétés de petite, moyenne ou grande taille. Ou selon la forme des têtes, car il existe des variétés dont les têtes sont rondes, ovales, allongées ou coniques. Ou selon la couleur et la texture des feuilles, car il existe des variétés à feuilles claires, foncées ou rouges, et des variétés à feuilles lisses ou ridées. Il a souligné que la croissance du lahana est liée à la disponibilité d’eau prête et à l’humidité appropriée pour la croissance pendant la période de formation des têtes, car le rendement du lahana est affecté par les conditions environnementales environnantes, le niveau de préparation des les besoins en eau de la plante, l’humidité et l’état nutritionnel du sol, ainsi que l’effet des méthodes d’irrigation utilisées pour préparer les besoins en eau de la plante.

Doorenbos et Kassam, (1979) ont divisé les stades de croissance des plantes en cinq stades, le stade de début de croissance après la germination 20-30 jours, le stade de développement de la plante 30-35 jours, le stade final de développement 20-30 jours, la maturité stade 10-20 jours, et le stade de la récolte 10 jours.

Acar et Paksoy, (2006) ont étudié l’effet de différentes méthodes d’irrigation sur le rendement. Ils ont pris le poids et les dimensions des abreuvoirs et la surface foliaire en fonction de l’évaluation du rendement d’une des plantes d’arrosage. Ils ont utilisé trois méthodes d’irrigation, l’irrigation goutte à goutte, l’irrigation par aspersion et l’irrigation de la moelle. Les résultats ont montré que le rendement différait selon les différentes méthodes d’irrigation utilisées, car l’irrigation au goutte-à-goutte a donné la production la plus élevée, atteignant 28,32 tonnes. ha-1, puis vint l’aspersion et l’irrigation irriguée, puisque la production était de 20,85 et 16,04 tonnes. ha-1, respectivement. Les chercheurs ont recommandé l’utilisation de méthodes de micro-irrigation pour irriguer la plante d’Al-Hanaha car cela convient aux conditions de ressources en eau rares et au manque de jachère dans les zones sèches et semi-arides, et ils ont confirmé que l’ajout d’eau d’irrigation localisée est le meilleur. Suresh, (2008) a évalué le rendement sous différentes méthodes d’irrigation, et le rendement total de la plante était de 38,97, 40,23 et 33,76 tonnes. ha-1 pour les méthodes d’irrigation goutte à goutte, par aspersion et pelouse, respectivement.

References

AL-Kaisi, M.M., and I. Broner. 2009. Crop water use and growth stages. Colorado State University. U.S. Department of Agriculture and Colorado counties cooperating. No.4. p. 715.

AL-Kawaz, G.M., S.A. Jubboori, and S.B. Ray.1977. Irrigation requirement
of the crop for the central region of Iraq

. In Arabic Tech. Bull.10.SRF.And
SOSIR, Baghdad.

AL-Rawahy,
S.A.,

H.A. Abdul Rahman and M. S. AL-Kalbani. 2004. Cabbage (Brassica oleracea L.) response to soil
moisture regime under surface and subsurface point and line application.
International journal of agriculture and biology. Vol.6, No.6. Pp. 1093-1096.

Acar,
B, and M. paksoy. 2006. Affect of different irrigation methods on red cabbage
(Brassica oleracea L.var. capital subvar .F. Rubra) yield and some plant
characteristics. Pakistan

Journal of Biological Sciences 9(13): 2531- 2534,
ISSN 1028- 8880.

Herman, S. 2004.
Cabbage Meister Farm Advisor, U.C. California 94720, (510) 644 – 658.

Kassam, A. and M. Smith. 2001. FAO
methodologies on crop water use and crop water productivity. Expert meeting on
crop water productivity. Room, 3 to 5. paper No, CWP-M 07. Pp. 1-18

Jim, M., and
T. Napier. 2006. Cabbage growing. Published by NSW department of primary
industries. State of new south Wales. ISSN 1832-6668. Replaces Agfact H8.1.27.P
1-7.

Mulamba, P., L.C. Brown, R.W. Ruggles
and J. K. Kibalama. 2002. Investigation of the optimum critical point for micro-irrigation
scheduling of cabbages. Sponsored by ASAE and CIGR Hyatt Regency Chicago,
Chicago, Illinois, USA. v. 28. Pp. 2-16.

Suresh, R. 2008. Land and water
management principles. Head department of soil and water conservation
engineering college of agricultural R.A.U. Pusa (Samastipur).Bihar. ISBN 81-8014-107-1.

Wene, G. P
and A. N. White. 1953. The cabbage root aphid. Identified by L.M. Russell,
bureau of entomology and plant quarantine, U. S. D. A. The Ohio Journal of Science
53(6): 332.

John Doe

roy@xtnd.io

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet