Culture du melon sous-serre

Agrotica > Gestion des Cultures  > Culture du melon sous-serre

Culture du melon sous-serre

Le melon jaune, scientifiquement nommé cucumis melo, (référé par melon jaune dans cet article) est l’une des cultures qui se répandent d’année en année dans les serres côtières, en raison de son bon rendement pendant une courte saison et à de faibles coûts, car il est vendu à de bons prix et à un temps où le marché est totalement exempt de ce produit.

Temps de culture:

Il existe deux temps de culture : En automne, la culture a lieu vers la mi-septembre, et la récolte au bout de 60 jours. Durant ce temps, le melon commence à être perdu du marché. Au début du printemps, les semences sont cultivées du 15 janvier au 15 février, et mûrissent au bout de 90 jours ou plus, selon la vitesse de germination et les températures hivernales moyennes.

Méthodes de culture:

Le melon est cultivé de deux façons : Culture rampante, qui signifie que les plants sont laissés au sol et ne sont pas suspendus sur des ficelles, de sorte que deux rangs sont plantés dans la serre, avec un espacement de 50 cm entre chaque plant. Ensuite les plantes sont dirigées vers les espaces vides afin de couvrir l’ensemble de la serre, qui peut contenir environ 250 plantes. Cette méthode est facile et adaptée aux débutants dans la culture du melon jaune.

Culture rampante du melon

Ou culture suspendue, c-à-dire faire grimper les melons sur des ficelles pour gagner de la place et planter environ cinq rangs dans la serre, avec un espacement de 60 à 80 cm entre chaque plant. De cette façon, le nombre de plants augmente et la productivité également. Elles peuvent être récoltés en étapes, et il vaut mieux choisir une variété ayant un puissant pédoncule pour ne pas se détacher facilement et absorber toute la nourriture jusqu’à la maturité.

Culture suspendue du melon

Indications à suivre pour réussir cette culture

Greffez les semences pour qu’ils soient tolérants aux maladies et ravageurs du sol, notamment en printemps

Choisissez la variété appropriée, car les spécifications des variétés diffèrent en termes précocité de germination, résistance aux maladies, tolérance aux conditions environnementales difficiles, et caractéristiques du fruit (taille, force du pédoncule, degré de douceur, épaisseur de la chair, la peau…)

Couvrir les rangs cultivés avec du polyéthylène noir pour favoriser leur résistance aux herbes, augmenter la température du sol et maintenir l’humidité

Le pollen est relativement lourd et ne dépend pas du vent pour le transporter. Les abeilles sont les meilleurs pollinisateurs des melons

Le zéro végétatif du melon jaune est de 12 °C

Enlevez les fleurs masculines, ainsi que les fleurs précoces et indésirables qui entravent la croissance aux premiers stades

Prenez garde d’arrosez les melons d’une façon régulière, car la soif augmente la propagation de l’oïdium. On peut les assoiffer en deux étapes seulement, la première au début de la croissance pour pousser les racines à s’étendre en quête d’humidité, et la seconde, à l’étape qui précède la récolte pour augmenter la douceur des fruits.

La variété Ananas : La force du pédoncule

Le melon jaune souffre généralement d’un manque de magnésium. Il faut donc le fertiliser avec le sulfate de magnésium avant que les symptômes du manque n’apparaissent. Le calcium est aussi important, en particulier lors de la floraison et de la formation des fruits. Le nitrate du calcium peut être utilisé pour couvrir ce besoin. En outre, le potasse est critique lors du calibrage des fruits, et l’idéal sera d’utiliser le sulfate de potasse pendant cette étape, car l’utilisation d’engrais à base de sulfate favorise la résistance des plantes aux maladies fongiques, en particulier les maladies anaérobies.

L’oïdium est l’une des maladies fongiques principales qui touchent les melons. La lutte contre cette maladie se fait avec des pesticides : FLINT (trifloxystrobine 50%) ou Collis (boscalide 200 g/l + krésoxym méthyl 100 g/l). Nous devons nous concentrer dans les premiers stades sur la lutte contre les insectes comme les pucerons, les thrips et les aleurodes. Nous pouvons utiliser des pyréthroïdes comme DECIS EXPERT (deltaméthrine 100 g/l) ou FASTAC (alphacypermerthrine 100 g/l). De plus, une pulvérisation précoce des acariens doit être utilisée. Nous pouvons utiliser ENVIDOR (Spirodiclofen 240 g/l) qui est trop efficace contre tous les stades de développement des acariens. Avec VELUM PRIME (Fluopyram 100 g/l) de Bayer, nous pouvons bien lutter contre les nématodes.

La variété Ananas est la préférée chez la plupart des agriculteurs, étant donné qu’elle est hautement résistante à l’oïdium et tolérante au fusarium. De plus, son pédoncule est fort et capable de soutenir le poids du fruit jusqu’à sa pleine maturité sans se détacher. Elle a un excellent réticulum et une taille souhaitable dépassant les 5 kg. Sa pulpe est crémeuse et ferme avec un bon sucre Insipide, sa croûte est ferme. De surcroît, elle peut supporter une exportation à longue distance.

Des variétés hâtives plus petites telles que Desert et le melon miel ont récemment été introduites et se vendent à d’excellents prix en raison de leur pureté et de leur chair sucrée. La variété Ugarit (TYPE CHARENTAIS) a une douceur et une pureté élevées et doit être cueillie tôt avant que la matière sucrée ne devienne amylacée et le goût sucré perdu.

Deux types de porte-greffes sont utilisés : Jawad F1 et Tutsu Kabuto F1. En pépinière, ils sont hâtifs et homogènes, et possèdent une forte croissance. Il est donc facile de les greffer. De plus, ils portent de belles caractéristiques de terrain en termes de résistance à divers ravageurs du sol et au stress environnemental qui peut toucher les semences.

 

Par Nour H.

John Doe

roy@xtnd.io

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit, sed diam nonummy nibh euismod tincidunt ut laoreet dolore magna aliquam erat volutpat. Ut wisi enim ad minim veniam, quis nostrud exerci tation ullamcorper

il n'y a pas de commentaires

Poste un commentaire

Commentaire
Nom
E-mail
Site Internet